Tchad - Environnement : Les jeunes plantent des arbres au cimetière de Toukra

Lancé ce jour 8 aout, l’opération d’arborisation du cimetière de Toukra s'est poursuivie jusqu’au 13 aout. Ce sont essentiellement des jeunes du quartier de Paris-Congo, dans le 6e arrondissement, qui sont motivés  par la question de l'environnement et du bien-être. Ils veulent ainsi contribuer à la protection de l’environnement et au bien-être de la population.

Ce sont environ 1500 plants, constitués essentiellement d’arbres pour ombrage (appelés 6 mois) et arbres fruitiers (goyavier, citronniers, papayers) qui sont plantés tout le long de l’aller du cimetière pendant ces jours. L’action est baptisée Semaine verte. Elle est la suite des actions déjà menées au sein de leur quartier, mais élargies cette année.

Selon l’initiateur de cette action, Lagmet Hargué, cette initiative existe déjà depuis 3ans, mais c’est en concertation avec les jeunes de son quartier que Toukra abrite la 1re édition de l’élargissement du champ d’action.

Pour lui, l’action revêt les objectifs social et environnemental: « nous avons remarqué et reçu la plainte de plusieurs personnes qui subissent l’effet de la chaleur lorsqu’ils viennent aux enterrements. Aussi, beaucoup de personnes tombent sous le coup de la chaleur lors du dernier hommage. De ce fait, nous avons jugé utile de procurer de l’ombre à la population et prévenir ce genre de cas. Les arbres vont créer un écosystème et bio environnement aux usagers et améliorer le climat au cimentière ».

Participation citoyenne

Plusieurs jeunes sont sortis donner un coup de main pour la mise à terre des pépinières apprêtées à l’occasion de cette opération : « nous avons estimé le nombre d’arbre qui doit couvrir les allers du cimetière à 1500 pieds. Maintenant nous n’en disposons que de 683 pieds. C’est pourquoi, pour combler le gap, nous avons lancé un appel à la population à participer. Elle peut se manifester à apporter 2 ou 3 pieds que nous planterons. Nous sommes là jusqu’au 12, alors les frères qui veulent bien se manifester, peuvent le faire. Une action citoyenne pareille demande le soutien de tous», confie Lagmet Hargué.

Un appel entendu par les jeunes de son quartier et le chef de carré abritant le cimetière. Pour ce dernier, l’initiative prise par ce groupe de jeune est louable et déterminant pour son carré dans l’ensemble et le cimetière en particulier : « nous avons aussi à cœur de faire ce qu’ils sont en train de faire mais les moyens nous ont manqué. Aujourd’hui ces jeunes se sont engagés pour le faire par leur propre moyen. Mon soutien est la mobilisation des jeunes à venir aider »affirme le chef Betelem Jérémie.

Même son de tambour du côté des jeunes participants, pioches et pèles à la main pour mener l’action. Si, préserver l’environnement et prévenir le délabrement de l’écosystème autour du cimetière sont les raisons de la participation de Madjiadoum Théadoum, Tchao Valentin lui regarde au-delà du physique : « ceux qui sont morts nous ont juste précédé et nous ne pouvons les oublier. Ce que nous pourrions faire pour eux c’est d’aider le prochain à  mieux enterrer ceux qui seront enterrés. Nous le faisons aussi pour nous, car le climat sera utile à tous. Tout est grâce et c’est Dieu qui est parfait et détient le dernier » dit-il.

Plantés en plein air, loin des habitats et des gens, les jeunes plants sont exposés quotidiennement aux dangers que présentent les chèvres et dromadaires à une certaine période. Des stratégies seront mises en place pour les entretenir et les protéger de ces aléas. Le chef de carré abritant le cimetière se dit prêt à s’approprier personnellement de cet aspect de l’action citoyenne.

Tags: 

Category: 

Sujets actifs

 

Commentaires récents